Tous les articles par Mazurelle

La Lettre de Mazurelle de janvier 2023

Découvrez l’actualité de l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle  ! 

Au sommaire de ce 1er numéro de l’année de La Lettre de Mazurelle : 

  • L’édito du Docteur Corine-Delon-Saumier, Présidente de la Commission Médicale d’Etablissement ;
  • Une étude paramédicale sur la psychoéducation “PEPITS” vient de débuter sur l’établissement par Laurence Bolteau, Mathilde Jouin, infirmières et Daphné Grelier, infirmière en Pratique Avancée ;
  • Création du Service des Urgences Psychiatriques: pour une meilleure régulation de la demande e soins par François-Xavier Corbin, Directeur des Affaires Médicales ;
  • L’Equipe Mobile de Géronto-Psychiatrie Ambulatoire (EMGPA) présentée par l’équipe elle-même ; 
  • Les premiers “tote-bags  Mazurelle” fabriqués en Vendée par Katia Massol, chargée de communication & relations presse ;
  • Focus sur la prise en charge médicamenteuse: gestion des médicaments à risque par les Docteurs Sandra Ameslant, Nadia Guyochet, François Etcheverigaray, pharmaciens et Stéphanie Chiron, Responsable Qualité – Coordination gestion des risques ; 
  • NOUVEAU: le mardi de l’emploi à l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle par Katia Massol, chargée de communication & relations presse.

Nous vous en souhaitons une bonne lecture !

>  Lire ou relire les numéros précédents :  La Lettre de Mazurelle – Archives

Interview d’Adeline Jacquart, psychologue sur la médiation canine

Aux côtés d’Adeline Jacquart, psychologue, les chiens « Lucky » puis « Team » ont reçu, apprivoisé, soutenu, aidé et soigné des centaines d’enfants et d’adolescents au Centre Médico Psychologique-Hôpital de Jour Jean Itard des Sables d’Olonne. Rencontre avec Adeline Jacquart.

  • Comment avez-vous eu l’idée d’associer un chien à vos consultations ?

L’idée de la médiation animale m’est venue il y a environ 10 ans alors que j’accompagnais un enfant autiste. Dès qu’il voyait un chien dans la rue, il était terrorisé. À l’époque, j’avais moi-même un golden retriever, chien de nature sensible, qui répondait aux consignes d’un enfant de trois ans. L’idée a fait son chemin… J’ai posé l’hypothèse qu’un enfant aurait moins peur d’un chien s’il parvenait à avoir un minimum de contrôle sur le comportement de l’animal. Le Docteur Corine Delon-Saumier, pédopsychiatre, a soutenu cette idée et validé le projet d’une promenade en forêt avec le chien. L’enfant a terminé la séance en tenant la laisse de mon golden et quelques années plus tard, il a fièrement déclaré : « J’ai plus peur des ascenseurs et des chiens ! ».

  • Quelle formation à la médiation animale avez-vous suivie ?

L’amour des animaux ne suffit pas, il faut une formation solide sur le comportement de l’espèce avec laquelle on travaille. En 2015, j’ai obtenu un Diplôme Universitaire « Relation Homme-Animal » à Paris 5 et j’ai suivi une autre formation sur le thème « Autisme et médiation animale ». Un des collègues du groupe avait un golden retriever, qui a eu une portée de neuf chiots. C’est ainsi que « Lucky » est arrivée à mes côtés au Centre Médico-Psychologique des Sables d’Olonne.

  • Comment travaillez-vous avec votre chien ?

Pour qu’un chien soit compétent dans le travail, il faut qu’il soit d’abord heureux et équilibré. On doit répondre à ses besoins, à sa nature et lui offrir de nombreuses interactions positives, surtout au début de sa jeune vie. C’est une phase très importante et intense. Lucky a commencé à travailler à 8 mois jusqu’à ses 7 ans où elle est décédée brutalement. Il a fallu encaissé le choc et gérer parallèlement l’émotion des patients.

Puis Team, jeune chiot golden, est arrivée, par la magie des rencontres. Je souhaitais poursuivre le travail engagé. Avec un chien présent dans le cadre thérapeutique, on va plus loin et plus vite. En séance individuelle, sa présence contribue à créer un espace sécurisant, chaleureux, transitionnel. En collectif, il a également toute sa part ! Avec ma collègue psychomotricienne, nous animons le groupe « psychomotrichien ». Le chien est ici plus actif, il participe à toutes sortes de parcours, de « tours » que les enfants réalisent pour développer l’estime et la confiance en soi, l’empathie, la concentration, la gestion de la frustration. Les compétences techniques et relationnelles que les enfants se (re) découvrent leur donnent le sentiment d’être accueillis, capables, importants, regardés, entendus, attendus… et de savoir prendre soin de l’autre.

En tant que professionnelle, je dois toujours veiller à rester dans le cadre thérapeutique tout en ménageant mon chien. Je mets des limites en ne proposant pas la médiation animale à certains enfants trop imprévisibles, mais c’est mon choix personnel, respecté par l’ensemble de l’équipe. Je mets la priorité sur le respect de l’intégrité de chacun, y compris celle de l’animal.

  • Parlez-nous de l’arrivée de votre jeune chien Team

Je ne savais pas si c’était une bonne idée de l’amener toute jeune sur notre lieu de travail. Or, je suis agréablement surprise par ses réactions et j’observe les mêmes résultats chez d’autres collègues qui ont choisi des chiots préalablement sélectionnés pour la médiation animale. La vie est une succession de paris heureux sur l’avenir. L’avoir amenée dès son plus jeune âge a favorisé son intégration au CMP, mon bureau est sa seconde maison. Lors de nos premières séances, Team dormait beaucoup, elle était plutôt tranquille, cherchant les câlins. Mais pour obtenir ce résultat j’ai dû satisfaire ses besoins de promenades, de rencontres, de jeux, de flairages, de mordillements… Le travail éducatif et de socialisation est considérable.

Je demande toujours aux nouveaux patients leur accord concernant la présence du chien et j’ai 95% de réponses favorables, voire enthousiastes. Avec les enfants et adolescents, je profite de ce temps d’apprentissage avec Team pour rebondir et associer sur ce qui se passe. Si un jour Team est plus agitée, je vois avec les enfants comment la calmer, lui parler, évoquer ses émotions, demander ce qu’ils pensent ou ressentent aussi… L’animal se calque sur les enfants en déployant des comportements auxquels ils peuvent s’identifier. Cela contribue à favoriser la verbalisation, l’expression des émotions, l’évocation d’une souffrance… Ce sentiment d’être compris par le chien se double de la possibilité d’être compris des adultes dans un second temps. Le chien est alors en position de tiers facilitateur. Ce cadre thérapeutique devient une co-construction entre le jeune, l’équipe de soins et l’animal.

Pour conclure, je voudrais souligner la solidarité de mes collègues qui savent bien que la médiation canine porte ses fruits. Ce golden s’appelle Team en hommage à leur bienveillance lors de la mort de Lucky et pour leur confiance dans mon travail. En effet, un chien qui évolue dans une institution doit avoir des temps de pause, de jeux et de promenades dédiés. Il occasionne aussi plus de travail pour les agents de services hospitaliers. Cette ambiance favorable, positive, ainsi que le soutien de notre directeur, Pascal Forcioli, sont très précieux pour développer les projets de médiation animale et je les en remercie.

👉 Merci à Adeline Jacquart pour ce bel entretien // Propos recueillis par Katia Massol

Nouveau Contrat d’Allocation d’Etudes

Vous êtes étudiant infirmier, aide-soignant, éducateur spécialisé ou accompagnant éducatif et social en dernière année de formation ? L’EPSM de Vendée Georges Mazurelle vous propose un Contrat d’Allocation d’Études “CAE”. 

  • Quel est l’objectif du CAE ?

Verser une allocation en dernière année d’études en contrepartie d’un engagement de servir de 18 mois (pour un temps plein) au sein des établissements de santé et des établissements médico-sociaux une fois le diplôme obtenu ! L’Agence régionale de Santé Pays de la Loire co-finance ce dispositif à hauteur de 50% de l’allocation versée.

Ce dispositif, impulsé par l’ARS Pays de la Loire dans le cadre de son plan de mobilisation pour les ressources humaines en santé (PlaM), permet de fidéliser et d’attirer les nouveaux diplômés dans les établissements de la région relevant de métiers paramédicaux en tension identifiés. 

  • Qui est concerné pour ce 1er appel à candidature à l’EPSM de Vendée ?

Les étudiants aide-soignant (AS), infirmier (IDE), éducateur spécialisé (ES), accompagnant éducatif et social (AES) en dernière année de formation en 2022/2023 qui obtiendront leur diplôme courant 2023.

📌 Comment candidater ?

Les candidatures (incluant CV, lettre de motivation et dernières évaluations de stages) sont à déposer ici !

🕙 Date limite de candidature : le 20 janvier 2023

☎ Pour tout renseignement, contactez notre Direction des Soins au 02 51 09 54 44

Vous pouvez également consulter la FAQ sur le CAE mise à votre disposition sur le site de l’ARS Pays de la Loire. 

La Lettre de Mazurelle – Archives

 

2022 2021
   
• La Lettre de Mazurelle n° 36 – décembre 2022 • La Lettre de Mazurelle n° 25 – décembre 2021
• La Lettre de Mazurelle n° 35 – novembre 2022 • La Lettre de Mazurelle n° 24 – novembre 2021
• La Lettre de Mazurelle n° 34 – octobre 2022 • La Lettre de Mazurelle n° 23 – octobre 2021
• La Lettre de Mazurelle n° 33 – septembre 2022 • La Lettre de Mazurelle n° 22 – septembre 2021
• La Lettre de Mazurelle n° 32 – août 2022 • La Lettre de Mazurelle n° 21 – août 2021
• La Lettre de Mazurelle n° 31 – juin 2022 La Lettre de Mazurelle n° 20 – juin 2021
• La Lettre de Mazurelle n° 30 – mai 2022 • La Lettre de Mazurelle n° 19 – mai 2021
• La Lettre de Mazurelle n° 29 – avril 2022 • La Lettre de Mazurelle n° 18 – avril 2021
• La Lettre de Mazurelle n° 28 – mars 2022 • La Lettre de Mazurelle n° 17 – mars 2021
• La Lettre de Mazurelle n° 27 – février 2022 • La Lettre de Mazurelle n° 16 – février 2021
• La Lettre de Mazurelle n° 26 – janvier 2022 La Lettre de Mazurelle n°15 – janvier 2021

La Lettre de Mazurelle de décembre 2022

 

Découvrez l’actualité de l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle  ! 

Au sommaire du numéro de décembre 2022 de La Lettre de Mazurelle : 

  • L’édito de Pascal FORCIOLI, directeur général de l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle, entre bilan 2022 et projets nouveaux pour renforcer et améliorer les organisations face aux besoins de santé, dans le contexte actuel de l’hôpital public,
  • Le retour d’expérience d’Hélène RULLEAU, Cadre de santé, sur son stage à l’Unité de Soins Intensifs Psychiatriques (USIP) de Pau,
  • La mobilisation de nos psychiatres, ambassadeurs de l’EPSM auprès de leurs pairs au Congrès Français de Psychiatrie (Lille – 30 nov. au 03 déc.),
  • L’article collectif de l’équipe du Centre de proximité de Réhabilitation Psychosociale de Vendée (CRéhaP 85) pour présenter leurs missions  auprès des usagers et des professionnels,
  • Des actions concrètes en faveur de la protection de l’environnement et de la biodiversité à la Maison d’Accueil Spécialisée de Longeville-sur-Mer,
  • L’annonce d’un diagnostic psychiatrique sévère à un patient majeur : Jérôme MORISSET, Infirmier en Pratique Avancée, présente le guide mis en place dans le cadre d’un groupe de travail HAS auquel il a participé. 

Nous vous en souhaitons une bonne lecture !

 

>  Lire ou relire les numéros précédents :  La Lettre de Mazurelle – Archives

 


 

Rencontre de Mazurelle « Parole et pouvoir d’agir des patients en santé mentale »

Coopération entre professionnels, proches aidants et personnes accompagnées, retour sur notre Rencontre de Mazurelle du 15 novembre dernier animée par Alexandre Berkesse, Directeur Europe du Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public du Centre hospitalier de l’Université de Montréal.

Notre nouvel amphithéâtre complet pour cette Rencontre de Mazurelle d’une grande richesse

Plus d’une centaine de personnes assistaient à l’évènement : patients, familles, proches aidants, groupes d’entraide mutuelle, associations, élus, formateurs, professionnels de santé… L’ouverture par Pauline Chemla, déléguée de l’UNAFAM Vendée entourée de Corine Delon-Saumier, présidente de notre Commission médicale d’établissement et de Pascal Forcioli, notre directeur général était un signe fort de cette diversité, qui a nourri les échanges.

L’intervention d’Alexandre BERKESSE sur la reconnaissance des savoirs expérientiels, le partenariat entre personnes accompagnées et professionnels de santé et les stratégies de transformation des organisations de la santé était éclairée des expérimentations en France et au Canada.

L’ouverture proposée par Alexandre BERKESSE était complétée par les interventions de : 

  • Katia LAURANT, Patiente partenaire et référente en rétablissement en cancérologie – Diplômée de l’UDP Sorbonne médecine Paris pour une mise en perspective.

 

Table ronde « Regards croisés sur la parole du patient en santé mentale »

Notre deuxième partie de la rencontre proposait une table ronde, animée par Alexandre BERKESSE et Pascal FORCIOLI, sur la thématique : Comment valoriser la parole du patient et de son entourage en santé mentale ?
Avec :

  • Odile BERTHOMEAU, mère d’une patiente et membre du premier groupe de famille de la FIRPA, service de réhabilitation psychosociale et d’addictologie de notre établissement ;
  • Patrice BOUET, vice-président du Groupe d’Entraide Mutuelle « GEM Le Bout du Tunnel » à La Roche-sur-Yon ;
  • Pauline TREMBLAY, médiatrice en santé pair au CESAME Angers ;
  • Isabelle CHEVALIER, cadre de santé et Laurence BOLTEAU, infirmière, professionnelles de l’EPSM de Vendée formées à la mesure de l’expérience patient.
    Avec une mise en perspective avec le regard de Katia LAURANT, Patiente partenaire et référente en rétablissement en cancérologie.

    

Une journée riche d’échanges et de perspectives sur la parole et le pouvoir d’agir des patients en santé mentale

Présence des pairs aidants dans les unités de soin, développement de l’expérience patient par les usagers, les familles, les équipes, actions renforcées des médiateurs en santé pair en psychiatrie, des groupes familles… Le travail de construction entre tous est engagé pour contribuer à améliorer la qualité de l’écoute et de la prise en charge des personnes atteintes de troubles psychiques.

Nous remercions vivement tous les intervenants ainsi que l’équipe de l’EPSM de Vendée qui a œuvré à une journée d’une grande qualité.

👉 Notez que cette rencontre était retransmise en direct sur notre chaîne YouTube et sera bientôt accessible en replay.

Soutien de la Fondation Adrienne et Pierre Sommer pour notre initiative de médiation animale

La Fondation Adrienne et Pierre Sommer s’engage depuis 50 ans pour la médiation animale par l’information, la recherche et le financement aux initiatives de terrain. C’est dans ce cadre que le projet de médiation animale déposé par notre équipe de la Sociothérapie du Service de Réhabilitation Psychosociale a été retenu. Nous sommes honorés de figurer parmi les initiatives financées en France par la Fondation. Cette subvention nous permettra la prise en charge d’un de nos deux groupes pour une durée de deux ans. Toute notre équipe tient à remercier la Fondation Adrienne et Pierre Sommer pour son soutien.

  • Zoom sur notre initiative de médiation animale

Nos séances se déroulent dans une ferme thérapeutique, à Venansault, tous les lundis après-midi, en présence d’une zoothérapeute, Fanette Giraudeau, et de deux soignantes du Service de Réhabilitation Psychosociale et d’Addictologie, Elise Sandron, ergothérapeute et Melanie Sauvetre, aide-soignante. Les animaux présents sur site sont les suivants : poules, oies, pigeons et tourterelles, moutons, cochons, poneys, alpagas, cochons d’Inde, lapins, furets, chiens. Cette médiation proposée sur l’Hôpital de Jour de la Sociothérapie, s’adresse à des personnes présentant, en lien avec leur pathologie, des troubles de la communication et de la perception. Elles ont en commun une problématique sociale (perturbation de la relation à l’autre, isolement social…). Les groupes sont constitués au maximum de 7 participants.

L’accompagnement de la Sociothérapie s’effectue sous la forme de soins médiatisés réalisés principalement à l’extérieur de l’hôpital, avec des partenariats extérieurs dans l’objectif d’un rétablissement et une inclusion sociale. Cet accompagnement dans les liens sociaux met en évidence la nécessité de travailler sur les émotions (émotions propres, émotions de l’autre), ses différentes manifestations et les ajustements possibles. Ce constat nous a naturellement amené à envisager l’animal comme médiateur de soin. Cette médiation permet une communication non verbale, et laisse place aux émotions, à la sensorialité tout en expérimentant des situations relationnelles.

  • Quels sont les bénéfices pour les personnes accompagnées ?

En créant un cadre favorable et stimulant, la médiation animale participe à l’estime de soi, au plaisir, au lâcher-prise. L’animal éprouve les mêmes émotions de base que l’homme. Ses réactions sont franches et directement en lien avec ses émotions : l’animal ne triche pas, ne masque pas, ne manipule pas (à noter néanmoins qu’il existe au sein du règne animal des comportements de simulation permettant d’obtenir un bénéfice de type nourriture, protection sociale…). Ses réactions non-verbales sont en adéquation avec les émotions qu’il ressent, et traduites en attitudes : repli, tremblements, excitation, agressivité…

Ces caractéristiques visibles permettent de travailler sur l’observation et le décodage, puis l’identification des émotions, et la verbalisation. L’expression est facilitée car l’animal vient faire tiers. Un ajustement du comportement de la personne qui a intégré l’information doit alors se mettre en œuvre : la relation est établie, sur les bases simplifiées de la communication humaine. A l’inverse les émotions, le comportement de la personne induisent une réaction d’adaptation chez l’animal, qui devient “miroir émotionnel” (notion de feed-back). Ces séances sont menées afin de favoriser la prise d’initiative et l’autonomie des personnes, les interactions groupales par le biais de temps de réflexion, d’élaboration et d’action communs, en groupe complet ou en binômes.

  • Avec quels animaux travaillez-vous ?

Pour la première partie de séance, un travail auprès des poules, des oies permet un engagement plutôt distancié. Leur observation comportementale et physique repose sur des critères simples. Les actions à accomplir sont ritualisées (nettoyer les bacs, changer l’eau, remplir les mangeoires), ce qui permet de favoriser rapidement une autonomie des patients sur le site, une transmission plus aisée dans les binômes constitués, et une valorisation de leurs capacités à agir. Le fonctionnement groupal de ces oiseaux permet une observation et une mise en mot autour des situations de conflit, des rapports de domination/soumission, de la présence de “médiateurs de conflit” au sein du groupe. La dimension de plaisir et de satisfaction est présente autour du bain des oies qui est un moment privilégié où les animaux montrent de manière expansive leur bien-être, ainsi qu’au moment du ramassage des œufs.

L’intervention auprès des cochons, moutons et/ou poneys prolonge ce travail avec une observation plus fine et une recherche de signes de bien-être plus approfondie. Le contact est possible mais demande du temps et l’instauration d’une relation de confiance, avec des animaux en capacité de manifester leur refus et de se mettre à distance, permettant de travailler sur les notions de dépendance/fusion, sur la place de l’autre, sur l’expression et la résolution de la peur, et sur l’adaptation et la gestion de ses émotions propres.

Le temps auprès des plus petits animaux (lapins, cochons d’Inde), ou des chiens permet ensuite d’être dans la sensorialité, le contact-plaisir direct avec l’animal. Il arrive sur la fin de séance car l’apaisement ainsi que la dépense physique procurés par les premiers temps de la séance permettent un meilleur ajustement au petit animal, qui n’est par définition pas en capacité de fuir et demande donc une observation fine de ses postures et réactions, et une adaptation opérante. La notion de dépendance, de capacité à se détacher, est particulièrement présente sur ce temps et notre accompagnement a pour but d’une part de permettre une prise de conscience de ces notions, d’autre part d’accompagner des changements, tout en étant garants du cadre et notamment concernant la sécurité et le bien-être animal.

Durant ces deux années, nous communiquerons autour des temps forts et des avancées de cette activité qui, grâce au soutien la Fondation Adrienne et Pierre Sommer, a pris une ampleur supplémentaire.

Mélanie Sauvetre, aide-soignante, Elise Sandron, ergothérapeute et Laure Moisan, cadre de santé de l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle

Semaines d’Information sur la Santé Mentale “SISM 2022”

Du 10 au 23 octobre 2022, découvrez le programme des SISM en Vendée

Les Semaines d’Information sur la Santé Mentale (SISM) créées par l’Association Française de Psychiatrie existent depuis 1990 et sont portées par un ensemble d’associations. C’est, aujourd’hui, un rendez-vous annuel partout en France, un temps privilégié pour porter des actions de promotion de la santé mentale.

Le thème des SISM 2022: “Pour ma santé mentale, agissons pour notre environnement”

Pourquoi ce thème ? 

La crise sanitaire et les confinements successifs ont révélé à quel point la qualité de notre logement (accès, taille, insalubrité) était un déterminant majeur de notre santé mentale. De plus, les restrictions de sorties liées au Covid-19 ont contribué à fragiliser la santé mentale des Français et des Françaises en les privant de différents lieux ressources. Tout ceci nous rappelle le rôle important de notre environnement physique sur notre équilibre psychique. La thématique des SISM 2022 cible la dimension physique de notre environnement qui renvoie à :

  • L’environnement immédiat : logement (accès, maintien, qualité, etc.);
  • L’environnement plus large : aménagements des communes (infrastructures, qualité du réseau de transport en commun, présence et accès à la nature et la biodiversité);
  • L’environnement plus lointain : la planète et la crise écologique actuelle.

Echanger sur ces questions et présenter les solutions de terrain, voici l’enjeu de ces 33èmes éditions des SISM !

Programme des SISM en Vendée 

Comme chaque année, des acteurs des champs sanitaire, social et médico-social, les représentants des usagers, les représentants des politiques de la ville et des collectivités territoriales se sont emparés de cette thématique. Plusieurs manifestations portées collectivement dans le cadre du Projet Territorial de Santé Mentale sont prévues durant ces deux semaines en Vendée. Avec de nombreuses portes ouvertes et évènementiels, l’Etablissement Public de Santé Mentale de Vendée Georges Mazurelle est partie prenante de ces Semaines d’Information sur la Santé Mentale 2022. 

Téléchargez le programme 2022 des manifestations SISM en Vendée 

👉 Focus sur la journée “Le bien-être au jardin” du 18 octobre 2022

Cette journée, co-organisée avec la Maison de Quartier de Saint-André-d’Ornay à La Roche-sur-Yon, vous propose : 

Cet évènement multi-partenarial organisé dans le cadre des SISM est pour notre établissement une Rencontre de Mazurelle « hors les murs » que nous souhaitons ouverte à tous (dans la limite de 100 places disponibles).

Les équipes de l’EPSM de Vendée interviendront plus précisément en début d’après-midi, à 14h00, avec les paroles du groupe thérapeutique des jardiniers de la Fédération Intersectorielle de Réhabilitation Psychosociale et d’Addictologie Sociothérapie et Art-Thérapie “FIRPA” et l’intervention de Michel Grelier, notre responsable des espaces verts sur les jardins thérapeutiques. La journée se conclura par un apéritif végétal concocté par notre service restauration.

Lors de cette journée, soignants, patients, jardiniers curieux, bénévoles et grand public se côtoieront avec pour maîtres-mots : le jardin, comme source de bien-être, faisant écho au thème 2022 des SISM : « Pour ma santé mentale, agissons pour notre environnement ».

Téléchargez le programme de la Journée “Le bien-être au jardin”

La Lettre de Mazurelle d’août 2022

Un mensuel pour découvrir l’actualité de notre établissement ! 

Au sommaire de cette nouvelle Lettre de Mazurelle :

  • “La qualité centrée patient”, l’édito de Pascal Forcioli, directeur général de l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle ;
  • “Un nouvel élan pour la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent”, suivi de “Les pièces jaunes 2022 en soutien d’activités de médiation pour les enfants et adolescents hospitalisés” par François-Xavier Corbin, directeur des affaires médicales, des affaires générales et territoriales, de la culture et de la Communication,  ; 
  • “Félicitations à nos diplômées” par Isabelle Deicke, responsable de la communication interne ;
  • “Interview de Laura Moreau, nouvelle pédopsychiatre à l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle” par Katia Massol, chargée de communication externe ;
  • “Le cabinet EKUM Architectes retenu comme maîtrise d’œuvre pour l’USIP régionale” par Nicolas Lengliné, Directeur des services économiques, logistiques et techniques et du patrimoine et Stéphane Savariau, ingénieur grands travaux.

Nous vous en souhaitons une bonne lecture !

>> Lire le précédent numéro de  La Lettre de Mazurelle

 

Félicitations à nos promotions professionnelles !

Etudes promotionnelles à l’EPSM de Vendée ou comment évoluer professionnellement

Les études promotionnelles permettent à nos agents en poste d’évoluer et d’obtenir un diplôme ou un certificat dont la liste est fixée par arrêté ministériel. Notre établissement est fier de vous présenter nos nouvelles promotions professionnelles. 

  • Nos diplômées Infirmières en Pratique Avancée 

Félicitations à Stéphanie Herbert, Mélanie Chaigneau et Hélène Crépeau qui viennent d’obtenir leur Diplôme d’État d’Infirmière en Pratique Avancée (IPA). Saluons leur investissement après deux années d’études à l’UFR médecine Nantes Université.

👉 Nos jeunes diplômées prendront leurs fonctions en pédopsychiatrie, en psychiatrie adulte et au pôle adolescents. Notez que cinq IPA sont déjà en poste dans les unités adultes de notre établissement. Actuellement, trois autres étudiants IPA sont en cours de formation. Autant pour les usagers que pour notre système de santé, les bénéfices des IPA sont nombreux !

👉 Que fait l’IPA ?
Dans le cadre d’un protocole d’organisation entre le médecin référent du patient et l’IPA, ce dernier se voit confier une partie du suivi et il participe à la prise en soins globale. En fonction de son évaluation clinique, il prend part aux choix et à la continuité des stratégies thérapeutiques. L’IPA intervient également dans le cadre de missions de prévention, d’éducation à la santé, de formation et de recherche.

  • Nos diplômées Infirmières et Cadres de santé

Après 3 ans d’études à l’IFPS de Vendée, elles viennent d’être diplômées Infirmières et rejoindront nos différents services. Bravo à :
✔ Sandra Lignel
✔ Sophie Marionneau
✔ Elodie Trudelle

Félicitations à nos cadres de santé nouvellement diplômées : 
✔ Hélène Rulleau
✔ Christelle Ségretin

Sandra Lignel, Hélène Rulleau et Christelle Ségretin

Nous sommes fiers de nos professionnels, saluons leur motivation et leur engagement que nous soutenons dans notre établissement. 

Pour plus de renseignements sur nos études promotionnelles, contactez-nous >

Recherche paramédicale avec Cathy Longuechaud

Ma vie de chercheur

Cathy Longuechaud, Infirmière en Pratique Avancée à l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle était l’invitée le 7 juillet dernier du webinaire du réseau Recherches et Innovations Paramédicales GIRCI Grand-Ouest.

Elle y présentait son projet de recherche sur le thème de l’impact d’un programme d’activité physique adaptée proposé aux personnes dépressives.


📌 Pour voir le replay du webinaire de Cathy Longuechaud

Nos professionnels investis dans la recherche

Notre établissement est fier de compter des professionnels investis dans la recherche médicale et paramédicale et les soutient ! Sur la photo ci-dessous, Cathy Longuechaud est entourée de gauche à droite du Dr Matéi Marinescu, chef du pôle Vendée Bocage de notre établissement, du Professeur universitaire en Psychiatrie et Praticien hospitalier Anne Sauvaget du CHU de Nantes, de Pascal Forcioli, directeur général de notre établissement, du Dr France Videau-Villeneuve, médecin coordonnateur de la FIRPA (Fédération Intersectorielle de Réhabilitation Psychosociale et d’Addictologie) et de Thibault Deschamps, enseignant chercheur UFR STAPS et référent de la filière pédagogique Activité Physique Adaptée à l’Université de Nantes.

Vendée coeur 2022 : défi relevé pour l’EPSM

 

 

 

 

 

Nous sommes très fiers de nos « costauds » : Amélie, Angélique, Maëlle, Marina, Sylvie, Cathy, Antoine, Eric, Pascal et Valentin qui ont relevé avec brio ce week-end le défi Vendée Cœur 2022 et contribué à faire grimper le compteur général des dons au profit de l’autisme au-delà de l’objectif de 140 000 euros.

Bravo, merci à eux ! merci à tous pour votre soutien !

L’équipe Les Costauds de l’EPSM Mazurelle

 

 

Paroles d’interne en psychiatrie générale

Quand les internes de l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle expliquent leur stage 

Rencontre avec Simon Rohmer, jeune interne en psychiatrie au CHU de Nantes qui a fait son stage au sein de notre établissement dans le pôle psychiatrie générale (adulte) dirigé par le Dr Matéi Marinescu, chef du pôle Vendée Bocage.

  • Comment s’est passé son stage ?
  • Ce qu’il a apprécié ?
  • La suite pour lui ?

Il répond en vidéo avec une belle annonce à la fin pour nos équipes ! 

Vous souhaitez plus d’informations sur nos stages en internat, contactez-nous !

Recherche en pédopsychiatrie par le Dr Jonathan Pionnier

Jeu de rôle thérapeutique en ligne pour jeunes souffrant de schizophrénie précoce

En 1min30, le Dr Jonathan Pionnier, pédopsychiatre à l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle, vous présente le projet de recherche “Le Cercle des Enfants Egarés”, jeu de rôle thérapeutique à distance développé avec ses équipes de soins pour l’accompagnement de jeunes souffrant de schizophrénie précoce.

Ce projet de recherche en pédopsychiatrie est mené avec l’Unité de recherche clinique du CHD Vendée et les centres de référence de la schizophrénie précoce du CHU de Nantes et du CHU de Lille.

Vous voulez découvrir la conférence dans son intégralité ? Visionnez-là ci-dessous ou sur la chaîne YouTube de l’Etablissement Public de Santé Mentale Georges Mazurelle.

Merci à l’ IFSO – Institut Formation Santé de l’Ouest de La Roche-sur-Yon pour l’accueil de notre conférence. Celle-ci se déroulait dans le cadre des “Rencontres de Mazurelle”, cycle de conférences sur la santé mentale de l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle. 

Notre établissement est fier de compter des professionnels investis dans la recherche médicale et paramédicale et les soutient !  

Vous souhaitez de plus amples informations sur ce projet de recherche, contactez-nous >> 

Ouverture de l’espace bien-être pour notre personnel

Trois questions à Ophélie Girardeau, socio-esthéticienne

  • Ophélie, l’espace bien-être vient d’ouvrir. Quel est l’intérêt pour le personnel ?

Ce nouvel espace tombe à point nommé après la crise de la COVID, qui a mis à dure épreuve nos soignants et tous les personnels de l’EPSM de Vendée. Je constate un réel besoin de bien-être et de confort. On peut tous aller à l’extérieur pour des soins, mais le quotidien nous rattrape ! Il est plus facile de venir prendre soin de soi quand on est sur place. Le développement du bien-être au travail fait également partie de notre projet d’établissement. C’était une demande forte de tous les personnels et nous avons été soutenus par la direction et également par l’ARS des Pays de la Loire qui a attribué des crédits pour meubler cet espace via le contrat local d’amélioration des conditions de travail (CLACT). Nous les en remercions ici.

  • Quels soins proposez-vous dans cet espace bien-être ?

Je propose, de manière gratuite, des soins de confort : soins du corps, du visage, massage crânien, du dos… Par exemple, un soignant qui piétine toute la journée pourra trouver du soulagement dans un soin des jambes, un technicien qui fait des mouvements répétitifs dans un soin des mains allant jusqu’aux épaules, un personnel administratif qui a une position statique dans un soin du dos… Je m’adresse aux hommes et aux femmes de tout âge. Tout ce qui a trait à l’image (manucure, maquillage…) ne fait pas partie des soins possibles ici.

 

  • Quand et comment prendre RDV ?

Je voudrais signaler que les rendez-vous doivent être pris en dehors des heures de travail. Pendant la pause déjeuner, à l’embauche, à la sortie de travail, toutes les options sont possibles ! L’espace bien-être est ouvert le jeudi de 11h30 à 19h pour tous les personnels administratif / technique / soignant issus de tous les établissements de l’EPSM de Vendée (CMP, MAS, crèche, école…).

Le Quotidien régional Ouest France a consacré un article à l’ouverture de cet espace bien-être : La Roche-sur-Yon. L’hôpital Mazurelle soigne aussi son personnel

A noter ! Ophélie Girardeau est titulaire du titre d’Etat de socio-esthéticienne et a remporté, avec l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle, le 1er Prix de la Fondation L’Oréal en 2016 pour la mise en place des ateliers de socio-esthétique dédiés aux patients. 

A lire également sur Ouest France: Vendée. Ophélie est socio-esthéticienne à l’hôpital Mazurelle

Passe sanitaire obligatoire pour tous !

 

A l’EPSM de Vendée Georges Mazurelle, le passe sanitaire est obligatoire pour tout le personnel hospitalier, les patients, visiteurs et accompagnateurs exceptés pour les jeunes de 12 à 17 an pour lesquels l’obligation du passe sanitaire est repoussée au 30 septembre 2021. 

 

 

Soins Psychiatriques sans consentement à la demande d’un tiers (SPDT)

 ….. (suite)

  • Les personnes admises en hospitalisation sous contrainte font l’objet d’une période d’observation et de soins initiale de 72 heures sous la forme d’hospitalisation complète. Deux certificats médicaux à 24 heures et avant 72 heures doivent confirmer la nécessité des soins.

  • La prise en charge des soins sans consentement peut s’effectuer sous forme ambulatoire. Le médecin psychiatre établira alors, après avis du patient, un programme spécifiant les périodicités et les lieux de soin.

  • En cas de maintien de l’hospitalisation complète, le juge des Libertes et de la détention contrôle le bien fondé de l’hospitalisation avant l’expiration du 15ème jour à compter de la date d’admission, puis à l’issue de chaque période de 6 mois.

  • L’audition du patient s’effectue au sein de l’hôpital, dans une salle dédiée.

La Fédération Mosaïque

Présentation 

La Fédération Mosaïque prend en soins tous les patients (Enfants, Adolescents, adultes) du Département de la Vendée, souffrant d’un retard mental avec des troubles psychiatriques associés.

Les personnes concernées seront accueillies en hospitalisation complète de courte durée ou en hospitalisation de jour.

Prises en charge spécifiques 

Une équipe mobile (NEMMO), missionnée pour l’évaluation de situations problématiques et des interventions préventives auprès de structures médico-sociales du département, par un soutien aux équipes et des actions de formation.

Organisation médicale et soignante

  • Docteur Florence BENBOUHOU

 

Encadrement – Equipe soignante

  • Cadre Supérieur de Santé
  • Cadres de Santé
  • Infirmiers
  • Psychologues
  • Psychomotriciens
  • Educateurs Spécialisés
  • Aides-Soignants
  • Aides Médico-Psychologiques
  • Assistante Sociale 

Equipement

Unités d’Hospitalisation Complète 

  • PASSIFLORE et AZALEE pour l’unité des adultes
  • GINKGO pour l’unité enfants /adolescents
  • Hôpital de jour de la Fédération Mosaïque

Structures alternatives à l’hospitalisation

  • Equipe mobile Mosaïque (NEMMO)

Le Pôle de secteur Vendée Bocage 2 de Psychiatrie Générale

Présentation 

Chef de Pôle :

  • Docteur Yannick FUSEAU

Prises en charge spécifiques 

Prise en charge spécifique pour l’addictologie sur une structure fédérative (en hôpital de jour).

Organisation médicale et soignante

  • Docteur Yannick FUSEAU
  • Docteur Mohammed ABBANA BENNANI
  • Docteur François BOSSIS
  • Docteur Nora OUKEMOUM
  • Docteur Brigitte TESSON
  • Docteur Mabrouka BERGHEUL-GUELLAL

Encadrement – Equipe Soignante

  • Cadre Supérieur de Santé
  • Cadres de Santé
  • Infirmiers
  • Psychologues
  • Psychomotricien
  • Assistante Sociale
  • Aides-Soignants
  • Aides Médico-Psychologiques 
  • Conseillère en Education Sociale et Familiale

Equipement 

  • Unité d’Hospitalisation Complète Sectorielle (intra-hospitalier) 
  • Unité de longue hospitalisation ou de pré-orientation médico-sociale Intersectorielle
  • Court séjour psychiatrique (Fédération de Géronto-Psychiatrie)

Centres Médico-Psychologiques

  • CMP Camille Claudel – 85000 La Roche-sur-Yon
  • CMP Gaston Chaissac – 85600 Montaigu

Structures alternatives à l’hospitalisation 

  • Hôpital de Jour L’Eraudière (intra-hospitalier)

  • Hôpital de Jour Camille Claudel – 85000 La Roche-sur-Yon