STATION 24 – LIRIODENDRON TULIPIFERA

TULIPIER DE VIRGINIE – LIRIODENDRON TULIPIFERA

(source WIKIPEDIA – septembre 2023)

Le tulipier de Virginie ou arbre aux lis est un arbre feuillu de la famille des Magnoliacées originaire du sud et de l’est des États-Unis.

Description

Dans son habitat d’origine, il s’élève de 50 à 60 m (moins en Europe) et peut y vivre jusqu’à 500 ans (environ 300 ans en Europe). Son tronc peut atteindre 2 ou 3 mètres de diamètre.

Il se distingue avant tout par sa feuille (10 à 16 cm). Celle-ci, caduque, simple, alterne comporte 4 lobes avec une échancrure nette. Le pétiole mesure jusqu’à 10 cm. Elle est jaune-vert au printemps et en été, jaune en automne.

La fleur, hermaphrodite, est solitaire, dressée, comporte 9 tépales (pétales et sépales indifférenciés) dont 3 sépales vert clair entourant 6 pétales évoluant de vert très clair à blanc, jaune orangé à la base et légèrement odorante. Sa forme la fait ressembler à une tulipe, d’où le nom de l’espèce. La floraison se fait entre mai-juin-juillet selon le climat.

Elle donne un fruit conique dressé après 20 ans. À maturité, à partir d’octobre, il libère de nombreux akènes ailés (3 à 5 cm) ou samares simples (graines ailées, comparables à celle du frêne).

• Essence de pleine lumière à développement rapide, capable de tolérer un faible ombrage.

• Fruit conique et écailleux contenant de petites graines ailées.

• Souche rejetant vigoureusement après coupe.

Les jeunes branches sont rouge foncé tandis que l’écorce devient gris foncé, finement fissurée en vieillissant.

Distribution et habitat

Distribution naturelle.

Son aire de distribution s’étend de l’Arkansas et l’Alabama jusqu’au Michigan, à New York et au sud du Canada. Il pousse dans les sols bien drainés des bassins des rivières et évite les sols trop calcaires. Dans les forêts mixtes, il est associé au noyer noir, au caryer et au chêne blanc d’Amérique1. L’arbre supporte des gelées courtes jusqu’à −30 °C et apprécie énormément le soleil. Il a besoin de beaucoup d’eau en terrain bien drainé. Son exploitation est étudiée actuellement dans le sud-ouest de la France (Béarn et le Pays basque) dont le climat humide lui conviendrait bien.

L’arbre a été introduit en Europe en 1663 et il est depuis courant dans les parcs du continent. Il a été introduit en France à partir du début du xviiie siècle, notamment par La Galissonnière. Les plus connus furent plantés au Petit Trianon de Versailles pour Marie-Antoinette en 1771 et abattus par la tempête de décembre 19992.

Depuis la disparition des deux tulipiers du parc de Versailles, le plus vieux tulipier de Virginie de France (contemporain de ceux du Petit Trianon) serait pour certains dans le parc du château de Didonne à Semussac en Charente-Maritime (près de Royan). Cependant, l’âge d’un tulipier du parc du château de Coursan-en-Othe, dans l’Aube, a été estimé par l’ONF à 350 ans, ce qui nous ramènerait à une date bien antérieure. Un tulipier est également présent dans le parc du château de Lesches qui a plus de 300 ans. D’autres sont également visibles dans les parcs des châteaux de Cirey-sur-Blaise (Haute-Marne) et Canaples (Somme) ; ils dateraient de 1830 pour le premier et de la fin du xixe siècle pour le second. Un tulipier de Virginie de 30 mètres de hauteur est visible dans le domaine royal de Château-Gaillard (Amboise), planté sur les grands parterres des jardins du roi, et daterait du début du XIXe .

Plusieurs sujets plantés à la fin du xixe siècle sont visibles dans les parcs et les arboretums.

Utilisation

En plus de l’ornement, celui-ci possède un bois de cœur brun utilisé pour la fabrication de mobilier. On extrait de son écorce la liriodendrine, un alcaloïde succédané de la quinine. Sa fleur est visitée par les abeilles attirées par son nectar. Aux États-Unis on en récolte un miel très foncé.